C’est parti pour la foire aux solutions miracles pour sortir la Tunisie de ses difficultés, et le web se fait l’écho, pour notre plus grand plaisir, de ces propositions qui rivalisent d’audace… Ou devrais-je dire de démagogie et de populisme ? En tout cas les prétendants au suffrage des Tunisiens ne lésinent pas sur les moyens, ça propose à tour de bras !

Ennahdha a fait fort hier lors de la présentation de son programme électoral en 365 points (chaque jour de l’année une proposition, difficile de faire mieux) : « un taux de croissance annuel moyen de 7% » et la création « d’environ 590 mille emplois ramenant ainsi le taux de chômage de 14,4% en 2001 à environ 8,5% à l’horizon 2016 », promet le mouvement.

Évidemment si les nahdistes sont aussi costauds, tout le monde achète tout de suite, mais il y a un os : Ils n’ont pas dit comment faire. Ils n’ont pas dévoilé le mécanisme qui leur permettra de gagner tous ces points de croissance et créer derrière ces centaines de milliers d’emplois. Et quand on leur a posé la question sur la faisabilité de ce superbe programme, Hamadi Jebali, le SG du mouvement, a répondu que « les grandes lignes présentées (…) seront développées avec les experts dans tous les domaines » pour concocter « un modèle de développement national ». Je ne sais pas vous mais moi ça me fait penser au dicton français « mettre la charrue avant les bœufs », ou bien en bon tounsi « préparer les tapis avant la mosquée ». Pourquoi n’ont-ils pas réfléchi à la manière de faire avant de mettre la chose sur la place publique ?

Dans le domaine des solutions miracles, l’UPL n’est pas mal non plus. Son fondateur et riche financier Slim Riahi projette, d’après le bruit qui court sur le net, d’injecter 25 milliards de dinars dans 13 régions de la Tunisie. Encore que lui est, parait-il, plus réaliste sur les créations d’emplois puisqu’on parle de 57.000 nouveaux postes.

Bref tout cela pour dire ceci : Ce n’est pas parce que la culture politique est la chose la moins partagée en Tunisie qu’on doit nous faire gober n’importe quoi. Citoyens vigilance ! Et surtout pensez toujours à poser cette question : Mais comment allez-vous faire pour réaliser tout cela ? Et vous verrez que les promesses politiques se feront plus rares, comme par magie…

facebooktwittergoogle_plus
Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux + 9 =